Ubiwiki

>> Le coffre à outils technologiques et pédagogiquesdes enseignants de la formation professionnelle du Québec

Vous êtes ici : Accueil » Aménagements des territoires

>>Industrialisation et croissance

25 septembre 2009
Auteur(e) : 

Industrialisation : L’industrialisation débute à la fin du XVIIIème siècle, dure tout le XIXème siècle et se termine au début du XXème siècle. C’est un processus progressif caractérisé par une transformation des modes de production, une mécanisation et qui aboutit à une augmentation de la production et de la productivité.

Il y a véritablement deux industrialisations :

La première (environ 1850-1880) repose sur la production de charbon, qui est la source d’alimentation de l’industrie (machine à vapeur), et va servir à transformer et produire d’autres matières (acier, fer). Les chemins de fer sont le symbole de cette première industrialisation.

La seconde (1880-1929) est liée à l’invention de l’électricité (dynamo) et à la découverte du pétrole. L’électricité remplace le charbon comme source d’énergie, et sert à créer d’autres matériaux (aluminium). Ainsi, la mise en place de nouvelles productions, comme l’automobile, est possible grâce à la réunion des progrès dans la sidérurgie, l’industrie pétrolière, l’électricité et la chimie.

Croissance : Augmentation et amélioration de la production de biens et de services sur plusieurs dizaines d’années.

Révolution industrielle : Processus cumulatif d’inventions aboutissant à la mise en place d’une transformation des modes de production et à une augmentation de la production de façon spectaculaire.

Crise : Moment précis ou la conjoncture se dégrade après une période d’expansion. La crise se traduit par une chute des prix, un ralentissement de l’activité économique et une augmentation du chômage. Elle peut être produite par un krach boursier ou un déséquilibre entre l’offre et la demande pour les cycles courts, ou pour un essoufflement des mines d’or et des innovations pour les cycles longs.

Récession (ou dépression) : ralentissement de l’activité économique.

Trend (ou tendance) : évolution générale de l’économie sur le long terme.

Cycles courts (ou Juglar)  : Ces cycles durent une dizaine d’années. Ils sont caractérisés par quatre phases : une phase d’expansion, de crise, de récession et de reprise.

Cycles longs (ou Kondratieff) : Les cycles longs durent une cinquantaine d’années. Ils sont caractérisés par deux phases : une phase A, où les prix, les profits et les embauches augmentent grâce aux innovations ou à la découverte de mines d’or et une phase B, où les prix, les profits diminuent alors que le chômage augmente.

Productivité : c’est le rapport entre une production et les moyens nécessaires pour la réaliser.

Domestic system : organisation économique fondée sur le travail à domicile, notamment dans le textile. La main d’œuvre reçoit la matière première à domicile, la transforme sur place, puis la remet à un patron qui se charge de la commercialisation. Les salaires sont souvent inférieurs à ceux pratiqués dans les fabriques.

Factory system : Dans des ateliers industriels sont rassemblés les ouvriers, la matière première et les machines. Ces dernières sont le plus souvent actionnées par une énergie extérieure.

Taylorisme : Organisation scientifique du travail (OST) mise au point par l’ingénieur américain Taylor à partir de 1880. Les ouvriers doivent se déplacer pour effectuer leurs tâches décomposées et sont surveillés par des contremaîtres qui maintiennent la cadence en chronométrant le temps d’éxécution des tâches. Le taylorisme a pour but d’augmenter la vitesse de production. De plus, Taylor préconise le salaire à la pièce pour stimuler ses ouvriers.

Fordisme : Perfectionnement du Taylorisme par le constructeur automobile Henry Ford à partir de 1908 avec sa première voiture, la Ford T. Ford introduisit les procédés de standardisation qui permet d’abaisser les coûts de production et de travail à la chaîne (voir définitions au-dessous). Les ouvriers n’ont plus à se déplacer. Ces processus permettent de multiplier le rendement par 10. De plus, en accordant des salaires élevés à ses ouvriers appelés les OS (Ouvriers Spécialisés), Ford veut faire de ceux-ci ses premiers clients.

Travail à la chaîne : organisation du travail dans laquelle les pièces à fabriquer défilent devant des ouvriers spécialisés dans une seule tâche. Cependant, il est très souvent critiqué, étant pénible par la répétition des gestes.

Standardisation : Production en série de pièces identiques.

Invention : Découverte scientifique ou technique.

Innovation : application industrielle d’une invention, et introduite dans le processus de production. Le système d’innovations serait né au Royaume-Uni, car beaucoup d’innovations y sont apparues et ont été introduites dans le monde entier, comme par exemple la machine à vapeur de James Watt (1769). Cependant, les innovations sont l’aboutissement et l’amélioration de processus déjà existants. Une innovation en entraîne une autre ; on parle de spirale du progrès.

Révolution agricole : ensemble des innovations agricoles survenues dès la fin du XVIIIème siècle, faisant apparaître des progrès techniques (mécanisation) et chimiques (utilisation d’engrais comme le guano, le phosphate ou le fumier) qui vont entrainer une augmentation des rendements ( qui permet aux propriétaires d’investir), des revenus et de la main d’œuvre, remplacée par les machines. On assiste donc à un exode rural.

Enclosure : en Angleterre, regroupement et clôture des champs d’une même propriété afin d’y faire prospérer des activités d’élevage.

Transition démographique : passage d’un ancien régime démographique caractérisé par une natalité, une mortalité élevées et un accroissement naturel relativement faible à un nouveau régime démographique caractérisé par une natalité et une mortalité faible ( comme aujourd’hui en dans les pays industrialisés) et un accroissement naturel faible. Entre temps, la baisse précoce de la mortalité et le maintien d’une natalité élevée sont à l’origine d’un accroissement naturel élevé.

Capitalisme : système économique reposant sur une économie d’échanges et sur la propriété privée des moyens de production et dont le moteur est la recherche du profit.

New Deal : Plan de relance américaine mis en œuvre par Roosevelt en 1933 pour stimuler le pouvoir d’achat au prix d’un déficit budgétaire, à la suite de la dépression des années 30. Roosevelt fut inspiré par l’économiste Keynes.


 

Site développé sous SPIP 1.8.3
Utilise le squelette RÉCIT-FP Partenaires v1.3.5
RSS


 

Site développé sous SPIP 1.8.3
Utilise le squelette RÉCIT-FP Partenaires v1.3.5
RSS