Ubiwiki

>> Le coffre à outils technologiques et pédagogiquesdes enseignants de la formation professionnelle du Québec

Vous êtes ici : Accueil » Les fiches » TS1 » Histoire

>>L’HISTORIEN ET LES MEMOIRES DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE DEPUIS 1945

30 septembre 2016
Auteur(e) : 

Problématique : Quelles sont les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale ? Comment ont évolué les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale ? Est-ce que depuis 1945, les mêmes mémoires ont-elles toujours été valorisées ?

I/-Les mémoires construites au sortir de la Seconde Guerre Mondiale, sont inégalement misent en avant.

a)La mémoire de la résistance

Passe au premier plan : résistancialisme, résistance Gaulliste/communiste -> mis en avant par le cinéma, dispositifs mémoriels...

Passe au second plan : résistance étrangère, féminine, « les justes »

b)La mémoire du génocide

A la sortie de la guerre : peu nombreux sont les témoignages => Indicible français euphorique ne veulent pas entendre les récits douloureux les juifs ne s’expriment pas => sentiment de honte, douleur du souvenir/du récit, traumatisme du survivant Toutes les mémoires ne sont pas étouffées : Primo Levi :si c’est un homme

c)La mémoire de la collaboration

Des épurations sont mises en places (avant même la libération)
-  sauvages : Femmes et Hommes ayant eut des rapports intime avec l’ennemi sont tondu
-  officielles : 50 000 enquêtes (limites : R.Bousquet jugé en 1949)

II/- Deuxième régime mémoriel, la mise en avant de nouvelles mémoires et les corrections des historiens

a)La mémoire du génocide

Recueillement de témoignages
-  cinéma : -1955 : Nuit et brouillard (Film de A.Resnais et J .Cayrol) -1985 : SHOAH (Film de Claude Lanzmann)
-  recherches : -Serge et Beate Klarsfeld : Le mémorial de la déportation 1978

b)Des menaces

-  oubli
-  négationnisme
-  maréchalisme

c)Le rôle des historiens

-  1951 : Comité d’Histoire de la Seconde Guerre Mondiale (différences dans les attitudes des français et différences dans les sortes de résistance)
-  1971 : Marcel Ophüls : Le chagrin et la Pitié
-  1973 : Robert Paxton : La France de Vichy
-  1974 : Responsabilité autonome du régime de Vichy / Collaboration
-  1979 : Archives plus accessibles

III/-Le régime mémoriel contemporain

a)Le rappel des responsabilités Françaises

-  1995 : J.Chirac reconnaît la responsabilité de l’Etat Français dans le génocide contrairement a F.Mitterrand selon lequel Vichy = parenthèse dans l’histoire de la République. Tout de même en 1993, il propose la mise en place d’une journée à la mémoire des victimes des persécutions racistes et antisémites
-  2000 : Création d’une fondation pour la mémoire de la SHOAH => Mais pendant ce temps le génocide Tzigane est oublié et n’est pas évoqué.

b)Polémique

-  2007 : N.Sarkozy veut susciter l’engagement des jeunes et demande donc la lecture de la lettre de Guy Môquet et également faire prendre en charge par des enfants du primaire la mémoire d’enfants déportés
-  critiques : joue sur l’émotion / récupération politique

CONCLUSION :

-  Non pas une seule mais des mémoires (résistance,génocides,collaboration,guerre,STO,civils..)
-  Évolution des mémoires mises en avant : d’abord la résistance puis progressivement la mémoire du génocide
-  Le travail des historiens = établir des récits véritables sur le passé et corriger les mensonges et omissions face aux menaces telles que l’oubli, l’instrumentalisation de la mémoire, négationnisme, maréchalisme..


 

Site développé sous SPIP 1.8.3
Utilise le squelette RÉCIT-FP Partenaires v1.3.5
RSS