Ubiwiki

>> Le coffre à outils technologiques et pédagogiquesdes enseignants de la formation professionnelle du Québec

Vous êtes ici : Accueil » e-MC : le journal électronique de l’Enseignement Moral et Civique du Lycée ALAIN-FOURNIER de Mirande » 1S1 :

>>Libertés et limites de la presse en ligne

25 mai 2016
Auteur(e) : 

Depuis le début du XXIe siècle Internet explose considérablement et devient un concurrent de taille de la presse écrite, en effet la presse numérique est en plein essor, cependant avec ce développement apparaissent de nouveaux enjeux liés à la question de la liberté de la presse.

La presse en ligne consiste à faire du journalisme en usant du net comme principal support de communication. Elle est apparue à la fin du XXe siècle et a considérablement explosé au XXIe siècle, particulièrement grâce au réseau informatique mondial accessible au public : Internet ! Internet a subi plusieurs « révolutions » notamment celle d’offrir du contenu gratuit et illimité, mais aussi de mettre à disposition des internautes des outils de production de contenu, ce qui a contribué à développer l’offre d’information. De plus les relations entre internautes ont été favorisées ; notamment avec la création des réseaux sociaux très populaires. Enfin les révolutions internet précédentes ont été améliorées en ouvrant de nouveaux accès à Internet avec les mobiles, les tablettes, les consoles de jeu, les liseuses, etc... Les enjeux de cette activité restent cependant l’information accessible à tous, avec des enjeux divers, de la politique à l’économie en passant pas l’environnement, le social... Les acteurs sont aussi nombreux, on compte les journalistes mais aussi les lecteurs ou plutôt les internautes qui affirment que le numérique est un moyen plus rapide et efficace sachant que les actualités y sont plus simples et conviviales à lire. Néanmoins les sites web profitent d’une grande liberté par rapport à la presse papier.

JPG - 21.7 ko
Article de presse

Nous savons que la presse papier est soumise à la loi du 29 juillet 1881. Concernant la presse numérique il n’y a pas de différence la loi Création et Internet aménage la responsabilité du journal sur la loi de 1881. Cette loi a été votée il y a 134 ans sous la IIIe République et définit les libertés et les limites, les responsabilité de la presse en France en imposant des règles. La loi de 1881 a été modifiée plusieurs fois afin d’encadrer les libertés au-delà des règles liées au respect de la personne, la protection des mineurs, la répression de l’injure, la diffamation ou l’atteinte à la vie privée.

La loi du 29 juillet 1881 a été révisée par la loi du 1er juillet 1972 sur la lutte contre le racisme, qui punit l’injure raciste la discrimination, l’injure ou la diffamation à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ; c’est la loi Pleven. La loi Gayssot du 13 juillet 1990 sanctionne la négation des crimes contre l’humanité perpétrés par le régime nazi. La liberté de la presse ainsi que la liberté d’expression évoluent depuis l’ère de l’internet ; en effet Internet est un espace d’expression sans frontières cependant le cadre juridique est encore en train d’évoluer. La liberté de la presse a été bafouée à l’occasion de l’ attentat contre Charlie Hebdo en janvier 2015 "Par l’attaque dont Charlie Hebdo vient d’être l’objet, c’est toute la République, ses principes, son histoire, ses valeurs, qui sont atteints. Nous ne transigerons jamais avec la liberté d’expression et la liberté de la presse !", avait alors réagi Gérard LARCHER, Président du Sénat. Des mesures ont donc été prises dans le but de sanctionner les propos djihadistes sur le net, par exemple cinq sites internet ont été supprimés car ils faisaient l’apologie du terrorisme.

Comment ses journaux en ligne connaissent-ils un si grand succès et un si grand pic de consultations, comment sont-ils rentables alors qu’ils sont gratuits,... en réalité, ils ne sont pas si gratuits que cela ! Rentabiliser un site internet, un blog ou une application, Thibault Vincent un jeune Nantais en a fait son métier et nous dit « On peut penser au modèle de l’affiliation. Un lien sur votre site peut vous permettre de vous rémunérer à chaque fois que l’internaute clique dessus et rejoint le site concerné. Il existe aussi bien évidemment le modèle payant classique. Comme Mediapart pour la presse en ligne. Ou le système où ce sont les activités annexes qui apporteront des finances. Là, le groupe de presse Les Échos le fait très bien entre salons, formations ou séminaires .Vous parlez de stratégie digitale à construire. » On peut clairement voir que certains médias en ligne n’hésitent pas non plus à nous faire lire le début d’un article dans le but de payer pour lire la suite. Mais comment fonctionne Médiapart ? : Mediapart est un site web d’information et d’opinion créé en 2008 par François Bonnet, Gérard Desportes, Laurent Mauduit et Edwy Plenel. Il est l’un des rares « tout en ligne » grand public payant du marché français de l’information. Mediapart héberge à la fois les articles rédigés par ses équipes (« le journal ») et ceux de ses utilisateurs (« le club »). Il fonctionne sans publicité. En 2010, le site d’information comptait encore 1,35 million d’euros de perte pour 3 millions d’euros de chiffre d’affaire. Ses deux congénères, Rue89 et Slate.fr n’affichent, eux, pas de résultats économiques aussi performants. Pour autant, s’ils ne sont pas encore rentables, ils ont incontestablement trouvé leur public et se financent majoritairement par la publicité. Rue89, le plus ancien de ces pures Player, détient la plus forte audience, avec 1,8 million de visiteurs en janvier 2011. Il se situe aujourd’hui au 21e rang des sites d’actualité en France. Son chiffre d’affaires s’élève quant à lui à 1,6 million d’euros. Totalement gratuit, plus de 60 % de ses recettes sont issues de la publicité. L’activité de consulting et de formation au journalisme Web complète le financement à hauteur de 25 %. Mais ces modelés économiques connaissant un inégal sucés. En effet Depuis le 28 mars, les lecteurs du New York Times ne peuvent lire au maximum que vingt articles par mois sur le site Internet. Pour en avoir davantage, ils devront payer. En effet, de 2005 à 2007, une première expérience intitulée Time Select, qui consistait à rendre payant l’accès aux articles des journalistes les plus prestigieux, avait été lancée et rapidement arrêtée, de peur de perdre un trop grand nombre de visiteurs et donc d’annonceurs. Alors que certains journaux demandent aux utilisateurs de payer un abonnement pour pouvoir lire des articles présents sur le journal papier comme le fait Le Monde, cela n’empêche pas que la presse en ligne et totalement en train d’écraser la presse papier ! On peut le voir avec Chloé Woitier qui nous parle de l’augmentation des achats des journaux sur format PDF : « les ventes de journaux au format PDF ne cessent de progresser ».Elle nous dit aussi que « Avec 22.600 exemplaires numériques vendus, Le Figaro a augmenté de 70% sa diffusion digitale en un an. »Elle parle aussi du coup de publicité. En effet certaines infrastructures publiques proposent aux gens de lire certains journaux en ligne. On en a l’exemple ici « Air France, qui propose à ses clients de télécharger sur leur tablette ou portable un ou plusieurs journaux avant le décollage. »Elle nous fait part par la suite des difficultés que certains journaux ont pour leur vente de presse papier : « Le Figaro reste le premier quotidien avec 312.549 exemplaires vendus, soit une diffusion stable (- 0,13 %). Il est suivi du Monde avec 273 607 exemplaires, lui aussi quasiment stable (- 0,55 %). La situation est néanmoins plus difficile pour Le Parisien, qui voit ses ventes chuter de - 8,30 % »

(JPG)
La presse en ligne est écrase telle la presse papier ?

Mais des inégalités persistent entre la presse papier et les journaux en ligne. En effet comme on a pu le voir la presse en ligne et en train d’écraser la presse papier. On le voit avec Libération qui va bientôt arrêter de publier Libération doit s’adapter à son époque et donc trouver de nouvelles choses qui permettraient de faire marcher ce journal .On nous parle de « société connectée, à l’heure ou l’info est en continue et gratuite » il nous fait part de chiffres inquiétants pour tous les journaux papiers « en 5 ans la diffusion de journaux a baissé de 25 % en Europe » . Le Bondy Blog est un média en ligne créé le 11 novembre 2005. Il a pour vocation de raconter la France de la diversité ethnique et d’être la voix des quartiers sensibles dans les débats qui animent la société française. Mais on peut voir que Libération a un site internet qui marche tout de même assez bien, ce qui nous fait enchaîner sur le fait qu’une inégalité existe aussi sur la presse en ligne, on peut le voir avec les sites Libération et Le Monde qui sont quelques-uns des sites internet de presse en ligne les plus visités en France. Publicité ou pas, abonnement, paiement tout le mois : à chacun sa technique pour attirer la foule.

Des perspectives d’avenir existent-elles pour sauver la presse papier ? Oui quelques rares opportunités existent. Aux Etats-Unis, la presse a son musée. C’est un gigantesque bloc de verre et de marbre, baptisé le Newseum, qui compte sept étages, quatorze galeries et quinze théâtres entièrement dédiés à l’histoire du journalisme. Situé sur une prestigieuse avenue de Washington, à deux pas de la Maison Blanche, il a ouvert ses portes au printemps 2008. Musée ou mausolée  ? Ironie du sort, les journaux américains enregistraient cette année-là une chute historique de leurs ventes. «  Beaucoup y ont vu une mauvaise coïncidence, un de ces ultimes hommages que l’on rend aux anciens combattants avant la disparition du dernier poilu  », commente Bernard Poulet, auteur d’un livre choc intitulé La Fin des journaux et l’avenir de l’information. Internet est-il en train de tuer la presse  ? Cette question brutale revient désormais avec insistance, dans les salles des rédactions comme dans les colloques universitaires. Signe de cette préoccupation, le sociologue Erik Neveu, dans la troisième édition de sa Sociologie du journalisme, ouvrage paru en août 2009, a ajouté un dernier chapitre au titre emblématique  : «  Les derniers jours du journalisme ? » Certains nous rassurent comme une journaliste française qui publie « Malgré l’accélération de l’information et de la technologie, la presse écrite va toujours conserver sa place [...] » Mais tout le monde n’est pas de son avis. Mais un élément pourrait mettre la presse en ligne, elle aussi, en danger : la création d’un journal par tout le monde. Le kit « créer son journal web » qui consiste à aider ceux qui veulent créer un journal sur internet. Grâce aux six fiches thématiques, vous aurez les bases pour vous lancer dans votre projet : choisir votre plate-forme, comprendre les opportunités, mais aussi les contraintes de la publication sur internet, savoir travailler à distance. Ce kit n’a pas vocation à être exhaustif, chaque projet de journal est unique, mais il vous fournira tout de même un ensemble de règles et de bonnes pratiques, qu’il est bon de connaître. Dans tous les cas que vous soyez à l’université, au collège, au lycée, que vous souhaitez créer un journal pour votre quartier par exemple, il vous est possible de réaliser ce projet.

JPG - 8.8 ko
Sommes nous en train d’abandonné la presse papier ?

Article rédigé par Amélie ARRICASTRE et Laurie HERRAIZ [photo personnelles + sources : Le Monde 21736 Eco (05/12/2014) + Le Monde 21736 Eco (05/12/2014) + Le Monde 21131 (27/12/2012) + Le Monde 21497 (28/02/2014) +Le Monde 21425 Eco (06/12/2013)+ le Monde 21164 (03/02/2013)+ "le jour où..." → le Monde 21629 (02/08/2014)+ Libération 28/02/2014 numéro 21497 +« la presse informatique cherche à échapper à une fin programmé » Le Monde 4/04/2013+« Presse : les ventes numériques s’imposent »06 novembre 2014 +question réponse entre Dick Stevenson et Antoine Flandrin Monde.4/12/2015+« Le rachat du Parisien par la LVMH est définitif »Le Monde 2/10/2015 ]


 

Site développé sous SPIP 1.8.3
Utilise le squelette RÉCIT-FP Partenaires v1.3.5
RSS