Ubiwiki

>> Le coffre à outils technologiques et pédagogiquesdes enseignants de la formation professionnelle du Québec

Vous êtes ici : Accueil » e-MC : le journal électronique de l’Enseignement Moral et Civique du Lycée ALAIN-FOURNIER de Mirande » 1S1 :

>>Internet nous divise !

25 mai 2016
Auteur(e) : 

Dans le pays des droits de l’homme, une idéologie considérant qu’il existerait plusieurs races humaines et que les unes seraient supérieures aux autres, se diffuse et prend de l’ampleur : Le racisme. C’est notamment le cas sur un réseau de partage numérique utilisée dans le mode entier, internet. Des questions se posent : des moyens sont-ils réellement mis en œuvre pour lutter contre cette idéologie et sa diffusion ? Ces moyens sont-ils réellement efficaces ?

réseaux sociaux (JPG)

https://pixabay.com/static/uploads/photo/2016/02/19/17/43/follow-1210793_960_720.png

Qui sont donc ces personnes qui utilisent internet dans le but de blesser les autres ?

Nous distinguons 2 catégories de racistes. Cette typologie est très discutable car elle ne repose pas sur un fondement rigoureux.

En effet, il y a tout d’abord des personnes considérées comme normales, qui, pensant être protégées par un anonymat fictif, diffusent des propos haineux dans le but de faire des « blagues », « faire de l’humour, même si parfois » c’est « de très mauvais goût », comme dirait Pierre Desproges : « on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui ». Il serait intéressant d’expliquer ici dans quel contexte Desproges disait cela. Il visait en particulier le front national. Nous observons aussi des racistes comme les extrémistes, les recruteurs et ceux voulant faire le buzz. Ces personnes recherches l’attention des autres par le biais de la médiatisation.

Comment ?

Par l’intermédiaire des réseaux sociaux la plupart du temps. Christiane Taubira a été, par exemple, comparée en 2013 à un singe sur Facebook par Anne-Sophie Leclerc, candidate du FN pour les municipales. De nouveau à l’aide d’internet, en 2005, sous les pseudonymes « Papy Mougeot » et « Murat », deux individus ont propagé des messages racistes notamment à l’encontre des populations musulmanes, arabes ou encore gitanes.

Dans quel contexte ?

Dans le contexte d’une troisième mondialisation dans laquelle les flux de personnes et d’échanges s’intensifient, certains individus peuvent se sentir menacés, en danger. Les attentas de 2015 à Paris contribuent eux aussi à un renforcement de la xénophobie dans la population. De plus, les récentes migrations de millions de réfugiés de Syrie et d’autres pays d’Afrique vers l’Europe sèment aussi la panique dans la population.

Que fait l’état ?

Depuis la loi de juillet 1881 sur la liberté de la presse, les propos racistes sont passibles de 45 000 euros d’amende et de 5 ans d’emprisonnement. Attention, ce sont les lois PLEVEN et GAYSSOT qui traitent plus particulièrement de ces questions.

C’est en partie grâce à cette loi que « Papy Mougeot » et « Murat » ont écopé de 3 mois de prison avec sursis et ont dû payer des amendes et des dédommagements au victimes de leurs propos. Le gouvernement a par la suite cherché en 2015 à généraliser les délits concernant le racisme et à les faire déboucher sur une ordonnance pénale. Il a souhaité aussi former les enseignants face à ce problème ainsi qu’à les accompagner en cas d’incidents. Il a cherché à mettre en place une pédagogie adaptée à chaque âge, de l’enfance à l’adulte. Il encourage les associations en les labellisant (les reconnaissant comme tel ce qui leur donne certains avantages) et en postant des volontaires du service civil pour renforcer leurs effectifs. Pour renforcer cette lutte, il compte sur des célébrités, des sportifs ou encore des chefs entreprises ayant pour but de parrainer des actions. Il ne faut pas oublier qu’il a aussi présenté un plan de combat contre le racisme doté de 100 millions d’euros sur 3 ans dans lequel se trouve 40 mesures pouvant être mises place. De plus, la mise en ligne de son site « internet-signalement.gouv.fr », a permis la réception d’environ 10 000 signalements de contenus xénophobes en 2012. Dans le même registre se trouve le portail du ministère de l’intérieur, Pharos, censé recueillir tout les signalements des contenus illicites en ligne. Toutefois, sur 12 000 à 13 000 signalements par an, l’on ne déboucherait que sur 600 condamnations car « Les enquêteurs de Pharos, qui ne sont qu’une quinzaine, ont d’autres priorités que la lutte contre le racisme » explique un magistrat. C’est enfin depuis 2013 que le gouvernement nous promet une loi sur le numérique ayant pour but de faciliter la lutte contre les messages à caractère raciste sur internet. Le blocage numérique serait aussi une solution rapide et efficace à envisager.

Qu’en pense la population ?

Face à ce phénomène, certains internautes se sentent impuissants et débordés. Pour lutter contre la propagation de messages haineux, nous observons le développement d’associations comme SOS Racisme ou encore Licra. De plus, lors du procès contre « Papy Mougeot » et « Murat », les membres du mrap (présentez les associations, expliquez les sigles) font connaitre leur engagement dans l’opposition face au racisme et attendent « un renforcement des sanctions » de la part des institutions publiques.

Se trouve donc d’une part un gouvernement qui promet de prendre des mesures face à la propagation du racisme sur internet. D’autre part, il a une population et des médias irrités par ce problème attendant des mesures plus strictes.

Une lutte freinée par les libertés

Cette lutte difficile est toutefois freinée par les libertés. Expliquez cette phrase. Dites simplement qu’il faut savoir concilier lutte sans compromis contre le racisme et respect de la liberté d’expression.

C’est donc à ce titre là que les associations de défense des libertés en ligne, les grands du web ainsi que la commission nationale consultative des droits de l’Homme ont émis de nombreuses critiques sur les méthodes envisagées par l’État. Les réseaux sociaux sont souvent réticents à fournir les adresses IP des internautes affichant des contenus racistes afin de les retrouver. Se présente aussi un risque de toucher aux libertés de penser et d’expression car comme le déclare Adrienne Charmet, de l’Association La quadrature du net :« Distinguer entre l’opinion, l’humour et le délit est souvent complexe ». Enfin, la loi de juillet 1881 sur la liberté de la presse représente aussi un obstacle de plus à franchir. En effet, ayant pour but la limitation de toute censure abusive, elle impose une récolte de preuves assez conséquente ce qui rend le travail des enquêteurs encore plus compliqué.

Et par un arsenal législatif et pénal insuffisant

Cette complexité dont nous fait part Adrienne Charmet n’est pas retrouvée dans le discours de la Garde des sceaux qui affirme que : «  l’antisémitisme ou le racisme n’est ni une pensée, ni une opinion » mais que « c’est un délit ». D’une opinion similaire, l’avocate de la CNCDH responsable des cas à caractère raciste, Sabrina Goldman, parle d’une « impunité partielle » pour ce qui concerne les auteurs des messages à caractère raciste et déclare qu’il faut être plus sévère du point de vue de la législation. Allant dans le même sens que Sabrina Goldman, Marc Knobel, président de l’association « J’accuse » qualifie lui aussi l’arsenal pénal d’ « inefficace ».

En conclusion, l’État promet de mettre en place des moyens plus efficaces afin de mieux lutter contre la propagation du racisme sur internet, lutte difficile compte tenu d’un arsenal législatif et pénal considéré comme insuffisant et en raison de la nécessité de respecter les libertés fondamentales. Face à de nombreuses promesses, les internautes sont confus et les médias indignés. Comment va évoluer la lutte contre les propos et les actes racistes s’ils se multiplient en France après les attentats de 2015 à Paris et 2016 à Bruxelles ?

Sources :

le monde 21157 28/01/13 article : Twitter sommé de respecter le droit français le parisien 17/04/2015 : lutter contre le racisme "la passivité sur internet, c’est fini", avertis Valls : http://www.leparisien.fr/societe/lutte-contre-le-racisme-valls-annonce-un-plan-de-100-millions-d-euros-sur-3-ans-17-04-2015-4701345.php l’express 06/11/2013 : racisme sur internet : comment expliquer cette poussée de fièvre ? : http://www.lexpress.fr/actualite/societe/racisme-sur-internet-comment-expliquer-cette-poussee-de-fievre_1297265.html mrap 22/11/2005 : rascisme sur internet : une condamnation innatendue : http://www.mrap.fr/contre-le-racisme-sous-toutes-ses-formes/racisme-sur-internet/racisme-sur-internet-une-condamnation-attendue le figaro 23/02/2015 : le gouvernement fait pression sur les géants du Web pour lutter contre les propos haineux : http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2015/02/23/32001-20150223ARTFIG00197-taubira-veut-durcir-la-lutte-contre-le-racisme-et-l-antisemitisme-sur-internet.php l’obs 22/03/2013 : anti-musulmans et antisémites sur internet : "une impunité partielle" : http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20130322.OBS2743/anti-musulmans-et-antisemites-sur-internet-une-impunite-partielle.html la croix 08/4/2015 : face au racisme en ligne, la riposte citoyenne s’organise : http://www.la-croix.com/Actualite/France/Face-au-racisme-en-ligne-la-riposte-citoyenne-s-organise-2015-04-08-1300004 lalibre.be 17/04/2015 : école, justice, internet :les grands axes du plan de lutte contre le racisme : http://www.lalibre.be/dernieres-depeches/afp/ecole-justice-internet-les-grands-axes-du-plan-de-lutte-contre-le-racisme-5530f9fd35704bb01bcdcca4 ?gclid=CJLksMuD9cgCFUHlwgodcdEClw atlantico 04/0/2012 : pourquoi le web se transforme (aussi) en lieu de déchaînement de tous les racismes : http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-web-se-transforme-aussi-en-lieu-dechainement-tous-racismes-facebook-twitter-alexandre-villeneuve-371020.html la croix 23/02/2015 : contre le racisme sur internet, jusqu’où pousser la censure ? : http://www.la-croix.com/Actualite/France/Contre-le-racisme-sur-Internet-jusqu-ou-pousser-la-censure-2015-02-23-1284030 le huffingtonpost 27/07/2014 : contenus racistes sur internet : l’urgence d’un contre discours : http://www.huffingtonpost.fr/daniel-makonnen-/contenus-racistes-internet-urgence-contre-discours_b_5397182.html


 

Site développé sous SPIP 1.8.3
Utilise le squelette RÉCIT-FP Partenaires v1.3.5
RSS